Top

Arabie saoudite

Destination l’Arabie saoudite !

A la croisée de routes légendaires que sont celles de l’encens, de la soie et des épices, plaque tournante du commerce entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe, carrefour des civilisations au passé chrétien, juif et musulman, Terre Sainte de l’islam, pays tribal avant d’être uni sous un même drapeau, l’Arabie saoudite est un pays riche d’Histoire, de culture et de traditions, aussi diverses que ses paysages. Mais je vous propose surtout de découvrir un pays à mille lieux de l’image qu’on en a. Ouvrez votre esprit et votre cœur, mettez vos a priori de côté, et préparez-vous à prendre quelques claques visuelles, humaines et spirituelles !

L ane peut aller a la Mecque, il n en reviendra pas pelerin.

Proverbe arabe

Mes voyages en Arabie saoudite

Mes 6 coups de coeur en Arabie saoudite

Wadi Disah
Arabie saoudite - Wadi Disah Dissah

Pour le plaisir de crapahuter à la recherche d’inscriptions préislamiques sur les roches de ce Wadi aux allures de paradis terrestre

Jeddah
Arabie saoudite - Jeddah

Pour les incroyables moucharabiehs en bois de sa vieille ville, Al-Balad, et son ambiance de médina : « Jeddah Gheir » (Jeddah est unique) !

Médine
Arabie saoudite - Medine

Pour le sentiment d’être porté.e par la ferveur de ces centaines de milliers de musulmans priant ensemble à la mosquée du Prophète

Al-Ula
Arabie saoudite - Al-Ula

Pour les tombeaux nabatéens grandioses de Hegra (Madain Saleh), et le frisson que procure le vol en hélicoptère au-dessus de son oasis

Shaqra
Arabie saoudite - Shaqra heritage village

Pour la beauté de ce village à l’architecte najdi traditionnelle faite de terre, de triangles blancs sur les toits et de portes sculptées

Rijal Alma
Arabie saoudite - Rijal Alma

Pour les couleurs vives de l’intérieur des maisons qui contrastent avec le grès noir de l’extérieur de ce « village pain d’épices »

Quand voyager en Arabie saoudite ?

L’Arabie saoudite est tellement étendue qu’il y a plusieurs climats différents, et qu’on ne visite pas les mêmes régions en fonction de la période de l’année. Contrairement à ce que l’on croit, il ne fait pas toujours chaud en Arabie saoudite ! En revanche, il ne pleut quasiment jamais, et ça c’est une constante !

  • Mi-décembre à mi-mars : l’hiver, les températures sont comprises entre 13 et 19°C, donc idéales pour randonner, aller dans le désert, visiter les villes… Des chutes de neige peuvent survenir dans les régions montagneuses du Nord et du Sud. C’est la saison idéale pour visiter les îles Farasan, où il fait entre 20 et 30°C à cette saison.
  • Mi-mars à mi-juin : au printemps, les températures commencent à remonter (autour de 30-35°C la journée, 20-25°C le soir). C’est la saison la plus pluvieuse, notamment dans le centre et dans les montagnes de l’Asir du Sud-Ouest.
  • Mi-juin à mi-septembre : l’été est assez invivable pour nous Européens, car la moyenne des températures est de 45°C. Les côtes sont prises d’assaut, et tout le monde vit à l’intérieur, sous la climatisation. Peu d’intérêt à mon sens de visiter le pays à cette saison.
  • Mi-septembre à mi-décembre : l’automne est la saison idéale pour visiter l’ensemble du pays, car les températures sont de 25-30°C la journée, et redescendent gentiment le soir.

Comment s’habiller en Arabie saoudite ?

Que vous soyez un homme ou une femme, globalement il est mieux perçu de ne pas être trop découvert en Arabie saoudite… La tenue traditionnelle des hommes est le thobe, une sorte de longue robe blanche aux manches longues. Celle des femmes est l’abaya, une robe longue noire ample et aux manches longues, qui se porte souvent par-dessus les vêtements, et qui est souvent assortie d’un hijab (foulard laissant le visage découvert) ou d’un niqab (qui laisse seulement les yeux visibles).

Mais il n’y a aucune obligation de porter ces tenues traditionnelles, ni pour les touristes ni pour les Saoudien.ne.s d’ailleurs ! Voici tout de même quelques conseils pour préparer sa valise.

  • Pour les hommes : vous pouvez vous habiller comme à votre habitude, en évitant tout de même les shorts et bermudas, encore jugés un peu trop décontractés. Pantalons et tee-shirts seront vos alliés !
  • Pour les femmes : n’emportez que des vêtements qui descendent aux chevilles (jupes longues, robes et pantalons), et un mix de tee-shirts et de hauts à manches ¾ ou longues. A certains endroits touristiques (Al-Ula par exemple) ou lors de randonnées, vous pourrez porter un tee-shirt. Sinon, il vaut mieux couvrir vos bras jusqu’au coude. Je vous conseille également de partir avec 2 ou 3 abayas dans la valise (vous pourrez en acheter sur Internet, à Barbès ou sur certains marchés, et pas besoin qu’elle soit noire) et au moins un foulard : dans certains petits villages, on m’a demandé gentiment de me couvrir pour ne pas choquer, et globalement je me sentais plus à l’aise avec une abaya pour me « fondre dans la masse ». Au passage des douanes à l’arrivée, il vaut mieux porter l’abaya et le foulard (prévoyez de les avoir avec vous dans l’avion). Prenez un maillot de bain si vous prévoyez d’aller sur des plages désertes ou dans certains hôtels de luxe, mais il ne vous servira pas beaucoup.

Dans tous les cas, prévoyez une petite veste pour le soir, des chaussures de marche et des sandales, une casquette ou un chapeau, de la crème solaire et des lunettes de soleil.

Quel budget prévoir si vous voyagez en Arabie saoudite ?

$$$ 75/100

L’Arabie saoudite est un pays qui s’est développé très vite, et dont le niveau de vie aujourd’hui s’approche de celui de la France. Il faudra donc compter au moins 50€ pour une chambre dans un petit hôtel confortable mais sans charme, 10 à 15€ pour un repas dans un petit restaurant, et 30€ par jour pour une location de voiture classique.

Instant culture pour approfondir

Le mot

– Al Baik –

Al Baik est à l’Arabie saoudite ce que McDonald’s est aux Etats-Unis : une chaîne de restauration rapide qui est devenue une véritable institution ! Fondée à Jeddah, elle s’est rapidement étendue à Médine et la Mecque, et petit à petit dans tout le pays. Tout y est frit : poulet, crevettes, pommes de terre… Mais surtout, aucun Saoudien ne se rend à Jeddah, Médine ou la Mecque sans aller à Al Baik : c’est un passage obligé, et la queue pour commander le confirme !

Un peu de lecture

En 1947 paraît le récit autobiographique de Marga d’Andurain (1893-1948), une Française d’origine basque, grande aventurière et amoureuse du Moyen-Orient, qui voulait être la première Européenne à entrer à la Mecque (intérêt pour l’islam, sens de l’aventure ou besoin de braver les interdits, elle ne le dit pas clairement, et peut-être est-ce un mix de tout ça ?). Pour effectuer ce voyage, dans les années 1930, elle divorce de son mari, épouse un Bédouin syrien musulman, et se fait passer pour une musulmane le temps du voyage. Le problème, c’est que le voyage tourne mal, et elle est accusée d’espionnage et d’avoir empoissonné son « mari passeport ». Emprisonnée pendant deux mois à Djeddah dans d’atroces conditions, elle est menacée de lapidation, puis libérée.

Ce livre m’a vraiment touchée car je me suis beaucoup identifiée à Marga d’Andurain, à sa force de caractère et son côté aventurier, autant qu’à son rêve d’aller à la Mecque en dépit des dangers. Pour autant, je ne suis pas sûre que j’aurais osé, à son époque (les risques ne sont pas les mêmes aujourd’hui), me lancer dans une telle épopée. Ce livre est également un témoignage très intéressant de ce qu’était l’Arabie saoudite d’Ibn Séoud en 1933, quelques mois seulement après sa création/réunification. Un livre que je recommande de lire après et non avant un voyage en Arabie saoudite, pour ne pas vous faire peur inutilement !

Arabie saoudite - Livre - Conduite interdite

L’histoire se déroule dans les années 1990. Nour est une jeune Saoudienne qui, après cinq années passées à Londres, rentre dans son pays natal. Pas évident, après avoir goûté à la liberté en Occident, de se plier à nouveau aux traditions saoudiennes… Comme d’autres femmes, elle rejoint un mouvement de contestation qui lutte pour le droit des femmes à conduire. En effet, jusqu’au 25 septembre 2017, l’Arabie saoudite était le seul pays à ne pas leur autoriser le droit de conduire. Ce que l’on sait moins, c’est que ce décret paru en 2017 fait suite à 30 années de lutte des femmes saoudiennes pour acquérir ce droit. Le personnage de Nour est fictif, mais s’inspire largement de ces femmes qui ont créé le mouvement « Women to drive » et qui, le 10 novembre 1990, étaient 47 pionnières à prendre le volant et à se rebeller ouvertement pour obtenir plus de libertés.

Outre ce combat mené par les femmes, l’album est plein de poésie, de spiritualité, et même d’amour oserais-je dire. Le graphisme en noir et blanc à l’encre de Chine évite tout superflu et permet de se concentrer sur le poids du message. Je me suis prise à réfléchir plusieurs minutes, philosophant au cours d’un dialogue intérieur, sur certaines scènes. Bref, j’ai beaucoup aimé cet album qui donne à voir l’Arabie saoudite d’avant, avec tout de même plus de nuances que ce qu’on entend habituellement dans les médias.

Arabie saoudite - Livre - La ceinture

Ahmed Abodehman est Saoudien, né en 1949 dans un petit village de l’Asir nommé Al-Khalaf. J’ai découvert le nom du village quelques jours seulement après m’y être rendue et avoir eu un véritable coup de cœur pour cet endroit : il n’y a pas de hasard ! Car j’ai aussi eu un coup de cœur pour ce premier roman, écrit en français : l’auteur est installé à Paris depuis 1982 et a écrit ce livre pour que sa femme et sa fille françaises puissent comprendre son héritage culturel. Le contexte du roman est déjà touchant en soi…

La Ceinture est donc un roman autobiographique : l’auteur y conte son enfance dans son petit village et sa tribu des Kahtanis. Et conter n’est pas un vain mot : son roman est une plongée onirique dans la vie du village, une histoire faite de rêves, de légendes, de poésie et de chants, de récits qui se transmettent de génération en génération, de croyances qui cohabitent avec un islam modéré, de valeurs morales qui font l’honneur de la tribu, d’amour familial aussi… Ce roman est d’une beauté et d’une poésie qui m’ont touchée, et qui donnent à voir la vie tribale au moment de la création de l’Etat saoudien et de l’uniformisation / modernisation des coutumes. Une autre Arabie saoudite, surprenante et qui permet de mieux comprendre la culture ancestrale des tribus.

Arabie saoudite - Livre - Deux femmes de Djeddah

Ce livre a été écrit par une médecin et romancière saoudienne, Hanaa Hijazi. On suit l’histoire de 2 amies : l’intellectuelle rebelle Maram, et la jeune et sage Leila. Maram a confiance en elle, et suite au décès de son père elle jouit d’une grande liberté dans son quotidien. Leila, elle, vit dans une famille conservatrice, où la violence est quotidienne : sa mère est battue par son père, ses frères abusent de la supériorité que leur sexe leur confère dans cette société, et le qu’en dira-t-on régit toutes les décisions. Alors quand Leila tombe amoureuse de Ahmed, et qu’elle sait d’avance que cette histoire ne sera jamais acceptée par son père, les choses tournent mal…

Ce livre a été publié en 2017, il est donc très contemporain, mais dépeint la société saoudienne avant les nombreux changements sociétaux que le prince héritier MBS a initiés ces dernières années. Malgré tout, même si cette réalité doit être nuancée selon les familles, les régions, les origines tribales… je pense qu’elle est encore bien réelle dans de nombreuses familles. En tout cas, la coexistence de ces deux femmes aux quotidiens très différents bien que vivant dans la même société est je pense assez représentative de la société saoudienne actuelle.

A regarder pour vous faire une idée

Film

Arabie saoudite - Film - Wadjda

Wadjda a 12 ans dans les années 2010 et vit en Arabie saoudite. A l’aube de devenir une femme, elle porte jeans et baskets, écoute du rock, et montre sa volonté de s’émanciper des carcans dans lesquels sont enfermées les femmes. Son rêve : s’acheter le beau vélo qu’elle a repéré sur le chemin de l’école, qui lui permettra de faire la course avec son ami/amoureux Abdallah, dans un pays où le vélo lui est interdit car il menace la vertu des jeunes filles, pour ne pas dire clairement leur hymen (PS : ce n’est plus le cas aujourd’hui). La fillette se heurte à sa mère, ses camarades et ses professeurs, souvent des femmes d’ailleurs, qui ont complètement intériorisé les normes patriarcales de cette société. Mais Wadjda est maline et persévérante…

Le film, qui est le premier film saoudien, réalisé par une femme, est porteur d’espoir, même s’il décrit, avec une touche d’humour teinté d’amertume, une société qui a encore un long chemin à faire pour améliorer le sort des femmes (polygamie, droits citoyens, culte de la virginité et crimes d’honneur, rôle de la femme dans la famille, mariages précoces…) mais aussi les droits de l’Homme (esclavagisme).

Film

Arabie saoudite - Film - The dissident

2 octobre 2018, Jamal Khashoggi, journaliste saoudien opposé au régime politique en place, entre dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul et n’en ressort pas vivant. Le film documentaire « The dissident » de Bryan Fogel donne des clés pour comprendre cette terrible affaire, et met également en lumière les méthodes d’espionnage et de surveillance que le Royaume utilise pour étouffer tout non-conformisme. Et pour être honnête, c’est tout à fait glaçant.

Pourtant, je pense que le documentaire aurait pu aller plus loin encore, avec une analyse un peu plus poussée du rôle des journalistes au sein du régime saoudien, de la non condamnation internationale malgré les preuves accablantes, du soutien de l’Arabie saoudite aux pays du Moyen-Orient et du Maghreb, et de son poids politique à l’international… Car évidemment tout est lié. En cela, j’ai trouvé que les 2 heures de documentaire n’étaient pas forcément justifiées, et le parti-pris « thriller blockbuster » (musique grandiloquente, effets visuels angoissants) m’a un peu fatiguée à la longue. Malgré tout, je le recommande pour mieux comprendre cette affaire qui a secoué le Monde entier et ce dont le régime saoudien est capable.

Film

Arabie saoudite - Film - Barakah meets Barakah

Barakah est employé municipal à Jeddah et il tombe sous le charme de Bibi (de son vrai prénom Barakah également), influenceuse sur Instagram. Les personnages de ce film aux accents almodovariens sont volontairement caricaturaux et joués avec une certaine lourdeur, car le message du film est ailleurs : l’histoire d’amour n’est qu’un prétexte pour dénoncer le poids des traditions et des lois religieuses face auxquelles les personnages sont totalement impuissants.

Il ne s’agit que du 2e film « officiel » saoudien, sorti en 2016, et on s’étonne même qu’il ait pu passer le cap de la censure étant donné les critiques qu’il formule ! Le film a même représenté l’Arabie saoudite aux Oscars 2017, c’est dire la volonté du Royaume de donner une image plus tolérante du pays !

Personnellement j’ai aimé cette satire piquante, et l’ironie du réalisateur qui s’amuse avec la censure, par exemple en pixellisant volontairement un verre de whisky ou le tatouage sur la hanche d’une femme, procédé réellement appliqué aux films étrangers diffusés à la télévision saoudienne ! Mahmoud Sabbagh (le réalisateur) fait également apparaître de temps en temps à l’écran d’anciennes photos antérieures aux années 1970 : on y découvre une Arabie saoudite différente, plus ouverte, du bouillonnement intellectuel et artistique aux tenues des hôtesses de l’air de la compagnie nationale ! On n’est pas (encore) revenus à cette situation, mais heureusement depuis la sortie du film les choses ont changé, la police des mœurs n’existe plus, hommes et femmes sont libres de se retrouver dans l’espace public, plus aucun lieu n’est interdit aux hommes célibataires…

Comptes à suivre

    • @visitsaudi : le compte officiel de l’office du tourisme, pour faire le tour des sites principaux du pays.
    • @arabiantrails : Turki a édité un petit guide super bien fait et gratuit pour partager ses découvertes et son amour pour son pays hors sentiers battus.
    • @sauditravelnotes : la blogueuse voyage britannique Sheila Anthony propose un contenu de grande qualité et documente l’histoire, la culture, les traditions et la beauté naturelle de l’Arabie saoudite.
    • @badr_alali1400 : un ancien infirmier de Ha’il devenu influenceur voyage ! Son contenu est en arabe, mais les images parlent d’elles-mêmes…
    • @ahmadhail : un Saoudien passionné de voyage, et un compte qui fait découvrir l’Arabie saoudite au gré des 4 saisons.
    • @blueabaya : une Finlandaise qui vit depuis plus de 15 ans en Arabie saoudite et qui est à la tête du 1er blog de voyage saoudien.
    • @amymiddles : une Anglaise expatriée à Riyadh partage ses expériences au cœur du Royaume (et ailleurs).
    • @sleysla : une marque saoudienne qui propose un artisanat responsable et allie les motifs traditionnels aux designs modernes.

Recettes de là-bas

1

Partagez votre avis