Top
Illustration article Transmettre à ses enfants

« L’enfant reste un être fait de soi et de celui qu’on a aimé, il a pour mission de transmettre ce qu’il a reçu. »

Catherine Bergeret-Amselek, Le mystère des mères

Parents et moi enfant

Je ne sais pas si j’aurai des enfants un jour. Je ne sais pas si j’aurai envie d’en avoir, je ne sais pas si je pourrai en avoir, je ne sais pas si je trouverai la bonne personne avec qui les élever… Elever. Prenons 2 minutes pour en discuter. C’est un verbe qu’on utilise très souvent, banalement, sans se rendre compte de sa portée. Elever, c’est faire grandir, faire pousser, mais c’est aussi tirer vers le haut, vers le meilleur, hisser vers plus de conscience. Cela comporte une notion sacrée selon moi.

 

Il y a quelques temps, je pensais avoir rencontré le futur père de mes enfants, en tout cas pour la première fois de ma vie je me projetais dans une vie à deux, puis une vie de famille, avec quelqu’un. Nous nous sommes séparés car nous n’avions pas la même vision de la religion, chacun ayant un parcours de vie, une culture et une identité très différents de l’autre. Pour lui, c’était primordial que sa femme, la mère de ses enfants, suive les préceptes de l’islam tel que lui les applique, pour qu’elle puisse les transmettre à ses enfants.

 

Le jour de cette discussion, j’ai entendu une profonde colère gronder en moi. J’ai trouvé cela profondément injuste… Parce que selon moi, être parent ne se résume pas à faire appliquer les règles de l’islam (ou de n’importe quelle religion), et parce que j’ai tellement plus à transmettre à mes enfants… Depuis ce jour, je repense souvent à cela, et cela m’a poussée à écrire noir sur blanc ce que je voudrais transmettre à mes enfants. Comme une sorte de profession de foi, que je relirai peut-être dans 20 ans en me disant « mon Dieu mais je n’ai pas été fichue de respecter un tiers de ce que je voulais faire » ahah !

Mon premier anniversaire

Tout d’abord, je voudrais leur dire que je les aime. Et pas seulement leur dire, mais leur montrer aussi. J’aimerais que la tendresse fasse partie de notre vie quotidienne, et qu’ils grandissent en se sentant aimés. Car l’amour de ses parents est le ciment de l’amour de soi, et je veux qu’ils aient suffisamment confiance en eux pour affronter la vie qui les attend.

 

Ensuite, j’aimerais qu’ils sachent que je serai toujours là pour eux, qu’importent leurs décisions. Je ne les approuverai sûrement pas toutes, mais je ne les jugerai pas, j’essaierai toujours de me mettre à leur place pour leur donner les conseils les plus avisés. Je ne veux pas qu’il y ait de sujet tabou entre nous. Et je serai toujours là pour eux, qu’ils rencontrent le succès ou l’échec. Je leur apprendrai à faire de même avec les gens qui les entourent, car l’amour ce n’est pas contrôler, c’est être présent quand l’autre a besoin.

 

J’aimerais leur dire que leur voix compte, qu’ils ont le droit d’exprimer leur avis, d’avoir une opinion sur les choses de la vie. J’aimerais leur apprendre à argumenter, à contre-argumenter, à développer leur pensée en s’appuyant sur des faits, à débattre et à aiguiser leur esprit critique. J’aimerais leur dire qu’il ne faut jamais avoir peur d’exprimer son opinion, mais qu’il faut toujours le faire avec bienveillance, et après avoir cherché à comprendre.

Papa et moi

Je voudrais leur dire de ne pas avoir peur de la liberté. Liberté d’être eux-mêmes, en toutes circonstances, liberté de questionner, liberté de partir ou de rester, liberté d’exprimer ses opinions, ses émotions, ses sentiments, liberté de changer d’avis, liberté de faire leurs propres expériences de vie, liberté de s’inventer et de se réinventer autant de fois qu’ils en ressentiront le besoin.

 

J’aimerais leur transmettre l’amour des livres, de la langue française et de la langue arabe, l’amour de la culture, de l’art, du cinéma, de la musique… Les emmener au musée, au théâtre, à des concerts, à la bibliothèque, au cinéma… J’aimerais leur donner goût à tout ça.

 

J’aimerais leur transmettre ma langue et ma culture, en plus de celle de leur père. J’aimerais qu’ils parlent plusieurs langues dès leur plus tendre enfance, et que leur biculture soit une richesse, une force pour eux. J’aimerais qu’ils prennent ce qu’il y a de meilleur dans chacune d’entre elles et qu’ils se créent ainsi leur propre identité.

 

Je voudrais leur apprendre à s’écouter, à fixer leurs propres limites, et non à écouter les limites que leur fixent les gens ou la société. Je voudrais qu’ils développent leur libre-arbitre, et une grande connaissance d’eux-mêmes. Je voudrais leur inculquer qu’il ne faut pas avoir honte de ses émotions, au contraire ; que nos émotions font de nous des êtres vivants, sensibles, empathiques, bons. Je leur apprendrai à reconnaître leurs émotions et à les accueillir.

 

Je voudrais leur prouver qu’on peut croire en ses rêves, et les réaliser. Je voudrais leur expliquer que c’est ça la vraie réussite : aimer ce qu’on est et ce qu’on fait, s’épanouir dans sa vie, s’accomplir tant dans sa vie professionnelle que personnelle. Je voudrais qu’ils retiennent que la réussite ce n’est pas gagner beaucoup d’argent, mais être heureux.

Ma soeur et moi à cheval sur mon père

J’aimerais leur transmettre ma passion pour le voyage, et ce dès leur plus jeune âge. J’aimerais leur montrer le monde, leur transmettre le goût de l’aventure, développer leur curiosité, leur envie de connaître et de comprendre le Monde, de rencontrer l’Autre sans le juger, de transcender les différences culturelles.

 

J’aimerais leur inculquer que les différences entre hommes et femmes sont d’ordre physique uniquement, et que l’égalité est de mise sur tous les autres sujets. Cela commence par le modèle de couple et de parents que nous serons et que nous leur donnerons à voir. Nous aurons décidé ensemble d’avoir des enfants, donc leur père en sera tout autant responsable que moi, et nous nous en occuperons à parts égales. Je voudrais aussi leur inculquer que les couleurs, les tâches ménagères, les métiers ou les jeux n’ont pas de genre. Je voudrais que ma fille joue aux jeux de construction et que mon fils joue à la poupée.

Mon père et moi en train de construire

Je voudrais leur transmettre l’amour des gens, peu importe leur origine, leur couleur de peau, leur classe sociale, leur religion, leur sexe, leur orientation sexuelle… Je voudrais leur apprendre que Dieu est en chacun d’entre nous, et que respecter Dieu, c’est respecter chaque personne ; et qu’il n’y a pas d’humains supérieurs à d’autres.

 

Je voudrais leur apprendre à mettre de l’énergie dans ce sur quoi ils ont la main, et de lâcher prise sur ce qu’ils ne maîtrisent pas. Je voudrais leur apprendre à ne pas se mêler de la vie des autres, que chacun fait ce qu’il veut et que cela ne devrait pas nous atteindre. Je voudrais leur apprendre à se réjouir du bonheur et de la réussite des gens, même s’ils ne vivent pas leur vie de la façon dont on vit la nôtre.

 

J’aimerais leur dire combien il est beau d’aimer, combien ce sentiment est précieux et qu’il faut le chérir. Je voudrais leur parler de l’histoire de leurs parents, mais aussi des histoires que j’ai vécues par le passé, car chacune d’entre elles m’aura menée à leur père et à notre Amour. J’aimerais leur dire qu’il est important de donner son cœur à quelqu’un de fiable, d’honnête, qui sera présent pour eux au quotidien.

Parents et moi enfant 2

J’aimerais leur apprendre à bien manger, leur transmettre le goût des bonnes choses, des bons petits plats faits avec amour, des grands repas de famille où tout le monde rit et parle fort, des apéros avec les amis, de la cuisine gastronomique comme de la cuisine de rue. J’aimerais qu’ils partagent mon amour de la bonne bouffe !

 

Je voudrais aussi leur dire que je suis désolée. Désolée de leur laisser cette planète Terre dans ce sale état, désolée d’avoir pris conscience de la catastrophe climatique et environnementale trop tard, et de les laisser avec ce fardeau. Je leur transmettrai cette conscience environnementale et leur apprendrai les petits gestes du quotidien qui aident à préserver la planète. Je les amènerai à se questionner sur leurs choix et à prendre en compte l’environnement dans leurs décisions. Je les inviterai à aimer la nature comme composante de la Création.

 

Voilà tout ce que je souhaite apporter à mes enfants. C’est un vaste programme, et je ne sais pas si j’arriverai à le tenir. Mais tout commence par une intention, non ?

 

Et vous, avez-vous déjà réfléchi à ce que vous voudriez transmettre à vos enfants ?

Moi bébé

Comments:

  • Carole

    26/07/2022

    A votre âge je voulais tout pareil, après la vie fait que tout n’est pas réalisable et on fait ce que l’on peut. Le respect et la bienveillance sont les valeurs essentielles que j’essaie de transmettre à mes enfants. J’essaie de faire que leur esprit soit libre et qu’ils pensent par eux même. Et bien sûr je leur dis et leur répète que je les aime inconditionnellement et que je serai toujours là pour eux. Je désire au plus profond de moi qu’ils deviennent des adultes bien dans leur tête et heureux.
    Tout cela est un « travail  » au quotidien, mais avoir et élever des enfants est une responsabilité qu’il ne faut pas prendre à la légère car ils sont l’avenir, notre avenir.

    reply...

Partagez votre avis